Livraison offerte à partir de 79€
0
MON PANIER
Aucun article
0.00
LIVRAISON
0.00
TOTAL
VOIR PANIERFERMER

Construire ses résistances

 

Vous pouvez utiliser notre outil filtres pour consommables ou pour outils pour vous aider à affiner votre recherche.

 

A la fois l'intérêt et la difficulté des atomiseurs reconstructibles, la fabrication des résistances peut s'avérer ardue dans un premier temps.

 

 

Tout d'abord, vous aurez besoin de fournitures :


  • du fil résistif

  • du fil "non-résistif" : pour les plus pointilleux.

  • de la mèche : silica, coton, mesh

 

 

Vous aurez aussi besoin de matériel dédié :


  • un coupe ongle ou une pince : pour couper le fil métallique

  • des ciseaux : pour couper votre mèche

  • une paire de pince céramique : pour tenir et resserrer votre résistance.

  • Une tige micro-coil : un axe idéal pour la confection de résistances.

  • un ou plusieurs mini tournevis : pour fixer votre résistance.

  • un multimètre : pour tester la valeur de vos résistances et détecter un éventuel court circuit, votre mod électronique peut faire l'affaire. L'omnitester sera parfait.

  • un briquet tempête : pour chauffer votre fil résistif et ainsi le stabiliser

  • un chalumeau : indispensable pour oxyder le mesh

 

 

Le fil résistif :

 

Notion de résistivité : exprimée pour les fils en Ω/m (ohm/mètre). La résistivité caractérise la vitesse et la puissance de chauffe du fil. Plus cette valeur est faible, plus le fil chauffe rapidement et intensément.

 

 

Le fil résistif chauffe au passage du courant. Il permet la vaporisation du e-liquide présent dans la mèche à son contact.

 

Il existe plusieurs fils résistifs en fonction de leur matériaux : kanthal A1, Kanthal D, Nichrome, Inox.

Leur forme peut aussi varier : la majorité sont cylindriques, le kanthal A1 Plat se distingue.

Dernière variable d'importance : la dimension, largeur ou diamètre, influe directement sur la résistivité et la facilité d'utilisation.

 

Les matériaux jouent directement sur la résistivité. À diamètre égal, la résistivité d'un kanthal , inox et nichrome seront différentes. Outre les différences de matériaux, le diamètre influe directement sur la résistivité. Plus le diamètre est élevé, plus la résistivité baisse, plus le fil chauffe vite et fort.

 

Attention à l'inox : ce fil est particulièrement souple et fragile. Il sera plus difficile à manipuler que les autres alliages.

 

 

Le fil dit "non résistif" :

 

Pour les plus pointilleux et/ou certains types de montage; le fil "non résistif" peut s'avérer indispensable.

Combiné au fil résistif, il permet d'éviter la chauffe des pattes des résistances, donc d'éviter une consommation d'énergie inutile et d'améliorer leur performance.

Pour utiliser du fil "non résistif", il faut soit le souder au fil résistif soit réaliser une micro-épissure (un noeud).

 

 

La mèche :

 

Les rôles de la mèche sont primordiaux :

  • approvisionner suffisamment la résistance en e-liquide.

  • assurer l'étanchéité du réservoir

 

La mèche peut être en silica, coton ou mesh.

 

Le silica :

Le silica est constitué de fibres de silice. Son intérêt principal est sa résistance à la chauffe : le silica supporte jusqu'à 1600°. Les mèches silica permettent une grande longévité de résistance et un nettoyage par dry burn.

Les mèches silica existent en cordelette ou tresse (ekowool).

 

Le coton :

Les mèches coton sont appréciées pour leur capillarité importante et l'absence de goût parasite.

Elles sont par contre peu résistantes à la chaleur : il suffira d'une chauffe à sec pour obliger à leur remplacement.

Les mèches coton sont plébiscitées pour la confection de résistances sub-ohm.

 

Les mèches coton sont déclinées en de nombreuses variantes : coton cardé, fiber freaks n°1, fiber freaks n°2, coton koh gen do.

 

Le mesh :

Le mesh est une feuille de fin grillage inox. Le mesh est utilisé principalement pour la confection de résistances verticales dans les atomiseurs génésis.

Le mesh nécessite une oxydation au chalumeau afin d'éviter les court-circuits avec la résistance. Si son emploi est délicat, sa capillarité est sans pareille. Il résiste évidemment à la chaleur.

 

Le mesh est décliné en diverses taille de mailles : 325, 400 ou 500 mailles par pouce.

 

 

Avant de se lancer :

 

La confection d'une résistance ne doit pas être le fruit du hasard : une résistance doit être adaptée au plateau de montage sur lequel elle sera posée, mais aussi à la viscosité du e-liquide employé et surtout la puissance à laquelle vous souhaitez vaper.

 

À cette fin, nous vous conseillons l'utilisation d'un logiciel de calcul de résistance afin de bien cibler votre résistance : http://vapez.fr/tools/coil

L'utilisation de ce logiciel vous permettra d'éviter de construire des résistances non viables et surtout d'être certain qu'elles soient adaptées à votre matériel.

Attention, la résistivité du fil résistif n'est pas fixe, elle évolue en fonction de la température et au fil de son utilisation.

 

Les astuces d'eVaps

D'une manière générale, une résistance se comporte mieux si elle comporte 6 à 8 spires. Un microcoil sera pleinement efficace lorsque son diamètre interne est inférieur ou égal à 1,8 mm. La résistance doit être aussi proche que possible de l'arrivée d'air, dans le même temps, les pattes de la résistances doivent être aussi courtes que possible.

 

 

Un exemple de microcoil coton

 

La variété des résistances possibles est telle qu'un exposé complet est impossible.

 

  1. Après avoir utilisé le logiciel de calcul, prélevez la longueur nécessaire de fil résistif, en rajoutant au moins 10 cm pour faciliter les manipulations. Dans le même temps, démontez votre atomiseur pour dégager le plateau de montage.

  2. A l'aide d'un briquet ou chalumeau, chauffez le fils résistif à rouge en le tendant légèrement. Cette opération a plusieurs intérêts : stabiliser l'alliage du fil résistif, le rendre plus rigide, éliminer les faiblesses du fil.

  3. En commençant au tier du fil, enroulez le avec minutie autour de l'axe sélectionné. Il faut que le fil soit le plus serré possible autour de l'axe et les spires collées les unes aux autres sans pour autant se chevaucher.

  4. Ôtez ensuite l'axe de votre résistance, serrez celle-ci à l'aide de votre pince puis chauffer la au chalumeau. Une pression constante pendant la chauffe permettra de bien serrer les spires et d'obtenir rapidement un microcoil parfait.

  5. Vous pouvez ré-insérer l'axe dans la résistance puis fixer celle-ci sur la base de votre atomiseur.

  6. Une fois la résistance posée correctement, vous pouvez couper les fils qui dépassent à l'aide du coupe ongle. S'ils sont inaccessibles, vous pouvez simplement les tourner : il finiront par céder. Enlevez l'axe.

  7. Il est alors important de vérifier l'absence de court-circuit à l'aide de l'omnitester ou de votre mod électronique.

  8. Vous pouvez essayer votre résistance sans mèche et à sec afin de l'ajuster. Le comportement visé est un rougissement homogène du centre vers les extrémités. N'hésitez pas à resserrer les spires à la pince si le résultat visé n'est pas obtenu. Portez une attention particulière à l'absence de point chaud ! Un seul point chaud suffit à détériorer le rendu des saveurs.

  9. Vous pouvez maintenant insérer la mèche. Prélevez un fin nuage de coton, roulez le légèrement afin d'obtenir un boudin non tassé. Roulez fortement une extrémité de la mèche puis servez vous en pour l'insérer dans la résistance. Cette étape est subtile : la mèche doit forcer très légèrement sans pour autant déformer la résistance. Trop ou trop peu de mèche nuira à la capillarité.

  10. La mise en place finale de la mèche dépend de votre atomiseur. Dans un atomiseur doté d'un réservoir, il faut obstruer les arrivées de e-liquide avec la mèche. Dans un dripper, il faut replier la mèche vers le fonds de la cuve. Vous pouvez ensuite couper votre mèche.

  11. Vous pouvez maintenant imbiber directement votre mèche de votre e-liquide préféré et savourer le travail accompli.