Livraison offerte à partir de 79€
0
MON PANIER
Aucun article
0.00
LIVRAISON
0.00
TOTAL
VOIR PANIERFERMER

RÉDUCTION DES RISQUES DU TABAGISME

tabagisme

Cent vingt spécialistes de la santé regroupant des cancérologues, des tabacologues, des pneumologues, des addictologues et des médecins ont lancé mercredi dernier « un appel en faveur de diminution des risques provoqués par le tabagisme » en supportant la cigarette électronique.

 

« En France et dans toute l’Europe, le tabagisme faire partie des principales causes de décès qui peut être évité » tel est le contenu de la phrase qu’ont écrit les 120 accordant leur signature à l’appel. Ils ont affirmé avoir souscrit « aux conclusions » d’un bilan écrit du ministère de la Santé britannique. Selon les propos de ce texte, « vapoter est 95% moins nocif que le tabagisme » 

L’appel n’a pas omis de souligner que cette constatation est évidente autant que l’innocuité totale, ou presque, de la cigarette électronique pour les fumeurs, mais aussi pour ceux qui ne fument pas. C’est pourquoi ce rapport appuie les actions promouvant l’e-cigarette dans le marché du grand du public et du corps médical pour accroître son usage.

 

Une réduction significative des fumeurs adultes :


18 % pour Royaume-Uni et 1/3 dans le territoire français

 

« Cette politique de diminution des risques par l’utilisation de la cigarette électronique, appuyée par une stratégie tendant à élever le prix du tabac, a déjà prouvé sa réussite au Royaume-Uni avec une remise de 18 % du nombre de fumeurs adulte »

Sachez que 1/3 de la population adulte en France sont tous des fumeurs, et que l’on y observe un taux annuel assez grand du décès provoqué par le tabac avec à peu près 78 000 personnes.

 

Toujours en France, une grande partie de la population fumeurs dont deux tiers jugent l’e-cigarette comme étant une substance qui a des effets nocifs plus significatifs que le tabac. Un nombre assez important par rapport à celui en Grande-Bretagne qui ne représente qu’un tiers. D’après ce texte, ces chiffres suffisent pour illustrer l’inégalité des visions politiques qu’existe entre ces deux pays.

 

La cigarette électronique considérée comme le tabac par la France

 

L’appel a été mis en publication mercredi dernier pour se coïncider à l’occasion des Premières Rencontres de la Vape en France qui a été ordonnées dans la ville parisienne par la Fédération interprofessionnelle de la vape ou la Fivape et l’Association Indépendante des Utilisateurs de Cigarette Electronique connue sous le sigle Aiduce. Le thème a été porté sur : « L’État et les associations anti-tabac : le scandale du rejet de la réduction des risques. » 

 

Le Dr Philippe Presles de SOS addictions est celui qui a pris l’initiative pour le lancement de cette démarche. Parmi ceux qui ont procédé à la signature se trouvent : Marc Espié, Anne Borgne, les Drs William Lowenstein, Alain Pavie (chirurgie cardiaque), Alain Livartowski (cancérologues) et Alain Morel (addictologues) ainsi que des spécialistes de l’étranger venant de l’Amérique et encore bien d’autres.