Livraison offerte à partir de 79€
0
MON PANIER
Aucun article
0.00
LIVRAISON
0.00
TOTAL
VOIR PANIERFERMER

MARISOL TOURAINE ET L’E-CIGARETTE

La ministre de la santé Marisol Touraine est actuellement prête à faire valoir son plan anti-tabac. Plaidant pour la bonne cause, son idée sur la conception ou plutôt la conséquence de l’e-cigarette / e-liquide ne semble être pas partagée par beaucoup. Et ici, le terme « beaucoup » fait appel même aux spécialistes de la santé qui, se fiant sur leurs sens de l’analyse et de l’observation, ne condamnent point pour autant l’e-cigarette.

 

 

Le vapotage ne nuit pas à la santé

 

Si le plan anti-tabac de Marisol Touraine publié en septembre dernier ne pourra pas laisser marbre les adeptes de l’e-cigarette, il en est autrement pour le jugement partagé par la ministre et certains spécialistes à propos du vapotage. Effectivement, Marisol Touraine et plusieurs spécialistes s’accordent désormais sur le fait qu’aucun effet néfaste comme ceux produits par le tabac sur l’organisme n’est attribué à la cigarette électronique. Contrairement à ceux que beaucoup pensent, l’addiction éventuelle à la nicotine demeure comme le seul danger décelé dans l’utilisation de la cigarette électronique. D’autant qu’il a été récemment confirmé que le cancer ôtant la vie chaque année à plus de 70.000 personnes en France est dû ou favorisé par le tabac. A ne pas oublier non plus que la nicotine fait partie intégrante de la composition de certains substituts au tabac vendus en pharmacie. Et il faut souligner que ces substituts sont dûment autorisés.

 

 

Le scepticisme au 21ème siècle ?

 

Bien qu’étant fondé et validé par les spécialistes, cette bonne vision sur l’e-cigarette reste toujours occultée par le soi-disant « principe de précaution » de ceux doutant du caractère inoffensif du vapotage. Comme le dénoncent les partisans de l’e-cigarette toutefois, il n’y a jusqu’à présent des preuves irréversibles sur les dommages graves pouvant être mis sur table pour remettre en cause la culpabilité de la cigarette électronique. Cette dernière, à la différence des dommages évidents prouvés depuis des décennies causés par le tabac, n’a rien à avoir avec l’atteinte à la santé publique. La cigarette électronique, tout en attisant le désir du vapoteur, se contente seulement de diffuser de la vapeur d’eau. Jusque là, les défenseurs de la lutte contre la consommation libre de l’e-cigarette se contentent de justifier leur point de vue en faisant un rapprochement entre la consommation de la cigarette électronique et la vraie cigarette. Pour eux, les vapoteurs pourraient ne pas résister à l’envie de passer aux cigarettes classiques, mettant ainsi en danger leur santé. Mais si tel est le cas, pourquoi ne pas faire également le rapprochement au fait de boire de l’eau ou autres boissons désaltérantes à la consommation d’alcool ? Autant dire que l’avenir de l’e-cigarette dépend non seulement du bon sens des concernés et de l’Etat mais surtout de leur aptitude à distinguer les bonnes des fausses idées.