Livraison offerte à partir de 79€
0
MON PANIER
Aucun article
0.00
LIVRAISON
0.00
TOTAL
VOIR PANIERFERMER

LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE PREND DE L’AMPLEUR

boom ecig

Le vapotage étant en vogue, les distributeurs de cigarettes électroniques deviennent de plus en plus nombreux. Mais l’utilisation de ce produit va être réglementée plus fermement. Le commerce est ainsi menacé, surtout avec l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi Hamon sur la consommation le 3 juillet dernier.

Dans l’hexagone, les partisans du vapotage – une pratique considérée comme alternative au tabagisme – comptent près d’un million de personnes. Si, en France, la première boutique spécialisée dans la vente des cigarettes électroniques a ouvert ses portes en 2010, elle s’est multipliée par plus de 150 actuellement, et est estimée à augmenter à 200 % d’ici à la fin de l’année 2013. Et si 40 millions d’euros de chiffre d’affaires ont été constatés en 2012, le chiffre pourrait être porté à 100 millions d’euros pour l’année 2013.

De plus, la nouvelle selon laquelle une hausse à hauteur de 40 centimes d’euros sera appliquée au prix de la cigarette traditionnelle va ravir les acteurs du marché de la cigarette électronique. En effet, le prix du tabac est l’un des éléments-clés qui vont encourager l’usage de l’e-cigarette, tout comme l’envie d’un sevrage tabagique pacifique. Pour l’e-cigarette, le prix varie de moins de 10 euros (modèle jetable) à 90 euros (kit complet). Le prix de la cartouche de liquide à vapoter s’élève quant à lui entre 5 et 7 euros. À noter qu’une cartouche de liquide pour e-cigarette équivaut à 10 paquets de cigarettes traditionnelles.

Dans la majorité des cas, ce sont les indépendants qui profitent de la popularité de la cigarette électronique. Toutefois, des réseaux de distributeurs commencent à envahir le territoire français. De leur côté, les buralistes intègrent eux aussi le marché de la cigarette électronique et exigent même à ce qu’ils soient les vendeurs exclusifs de ce produit.

 

 

La réglementation de l’e-cigarette

 

La croissance des distributeurs d’e-cigarettes serait toutefois freinée dans les prochains mois suite aux mesures d’encadrement de ce produit.

Pour le moment, le vapotage dans des lieux publics n’est pas encore interdit. Toutefois, de nombreux textes prohibent l’usage de l’e-cigarette dans les lieux de travail. Quant aux lieux privés ouverts au public, comme les restaurants par exemple, la décision de prohiber ou non le vapotage appartient (pour le moment) aux propriétaires.

Mais la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a concocté un décret visant à encadrer la consommation de la cigarette électronique. Ainsi, si les parlementaires ont déjà voté l’interdiction de vente de l’e-cigarette aux mineurs, il ne sera pas étonnant que l’usage de l’e-cigarette dans des lieux publics ainsi que la publicité soit prochainement interdit.

D’un autre côté, il est aussi un grand risque que les pouvoirs publics optent pour une augmentation de la taxe sur la cigarette électronique qui reste jusqu’à aujourd’hui à 19,6 %