Livraison offerte à partir de 79€
0
MON PANIER
Aucun article
0.00
LIVRAISON
0.00
TOTAL
VOIR PANIERFERMER

STATISTIQUES SUR LA CIGARETTE ELECTRONIQUE

e-cig

De par sa nature même, la cigarette électronique reste l’apanage des anciens fumeurs pour leurs apports considérables dans la lutte contre l’addiction aux tabacs traditionnels connus pour alimenter à petit feu un instrument de mort gratuit. Rien qu’en Grande-Bretagne, les 1,1 million parmi les 2,6 millions de personnes adeptes d’e-cigs restent composées d’anciens fumeurs, d’après les derniers chiffres actuels sortis par l’Association Britannique de Lutte contre le Tabagisme ou l’ASH.


Régulièrement, l’ASH ou l’Action procède à des enquêtes ainsi qu’à des recoupements bien organisés et bien orientés afin de connaître exactement les besoins et les environnements dans lesquels vivent les vapoteurs britanniques. C’est au  moyen de ce genre de système qu’elle a pu sortir ces statistiques. Dernièrement, entre le 26 février et le 12 mars 2015, 12.000 personnes furent prises comme échantillon afin de représenter les vapoteurs adultes britanniques de plus de 18 ans.

 

 

Des statistiques réconfortantes

 

De cette étude ressort que le chiffre des adeptes d’e-cigarettes en Grande-Bretagne a sensiblement augmenté à 2,6 millions pour 2,1 millions en 2014. Et comme cité précédemment, 1,1 million sont d’anciens fumeurs pendant que 1,4 million restent des vapofumeurs ou ceux qui continuent de fumer des cigarettes traditionnelles en association à leurs e-cigs. Pour simplifier, deux vapoteurs sur cinq restent donc d’anciens fumeurs si auparavant c’était l’ordre d’un sur trois. Pour les vapofumeurs, les chiffres semblent se stabiliser sur 17,6 %. Les non-fumeurs commençant à apprécier les effets de la vape semblent négligeables dans cette analyse et dans cette étude.


Généralement, il est compréhensible de voir autant d’anciens fumeurs se ruer vers les cigarettes électroniques. Chacun d’eux possédant des raisons variées et multiples de leur préférence de la cigarette électronique plutôt qu’au tabac. Pour 61 % des vapoteurs, en finir définitivement avec l’addiction du tabac reste la priorité dans les raisons évoquées. 53 % affirment essayer les cigarettes électroniques pour essayer de stopper leur tabac après de nombreux essais de sevrage infructueux. Et toujours selon cette association britannique, 38 % remarqueraient une nette économie en s’investissant dans les cigarettes électroniques que dans les tabacs habituels. Et enfin, pour 43 % des vapofumeurs, ils utilisent généralement leurs cigarettes électroniques dans les lieux où il est interdit de fumer. Cela se présente donc comme une solution appropriée pour les convenances sociales.
Une plus grande consommation se fait également percevoir chez les anciens fumeurs devenus passionnés des cigarettes électroniques, car toujours d’après ce dernier sondage, 84 % d’entre eux fument des e-cigs quotidiennement contre 45 % seulement chez les vapofumeurs.