Livraison offerte à partir de 79€
0
MON PANIER
Aucun article
0.00
LIVRAISON
0.00
TOTAL
VOIR PANIERFERMER

E-CIGARETTE, VERS L’INTERDICTION DANS LES ENDROITS PUBLICS

Face à l’essor considérable de la vente de cigarette électronique avec déjà près de 2 millions de consommateurs, en France, les débats concernant la possibilité de sa nocuité et son utilisation dans les endroits publics font rage. Apparue le 10 janvier 1991, la loi Evin ne permet pas aux fumeurs de fumer dans tous les endroits à usage collectif. Toutefois, cette réglementation ne mentionne pas le vapotage ou l’utilisation de la cigarette électronique dans les lieux publics. 

 

 

Selon Claude Evi

 

Le président de l’ARS (Agence Régionale de la Santé) qui était connu comme ministre socialiste de la santé, Claude Evin, soutient l’idée d’interdire le vapotage dans tous les lieux recevant du public notamment le lieu de travail. À son tour, Marisol Touraine, le présent ministre de la Santé, met l’accent sur son consentement face au fait que l’e-cigarette est soumise à une même législation que le tabac. Ainsi, selon lui, l’idéal est d’interdire la vente de ce petit matériel aux mineurs et son utilisation dans les lieux de travail et public comme les bars et les restaurants. Tout en mettant sa conviction sur l’efficacité de la cigarette électronique à aider toutes personnes qui souhaitent arrêter de fumer, le ministre a souligné, sur France Info, que vapoter c’est aussi fumer, en mai.

 

 

Distribution réservée à la pharmacie ?

 

Le Parlement européen a décidé, mardi 8 octobre dernier, d’étudier de près la « directive du tabac », afin de mieux classer la cigarette électronique. Les débats pourraient ainsi amener les autorités compétentes à considérer ce petit matériel, fruit des inventions du chercheur en médecine, Hon Lik, comme « médicament ». A cet effet, sa distribution devrait être réservée aux pharmacies, une décision que les vapoteurs n’apprécieront surtout pas et leur inciteront surement à organiser des pétitions.

 

 

Encouragement de l’utilisation, en cas d’absence de nocivité

 

L’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) imposait aux employeurs de ne pas permettre aux salariés d’utiliser la cigarette électronique dans leurs lieux de travail, par le biais d’une amélioration du règlement intérieur. L’objectif dans cette décision est d’assurer la protection des personnels contre l’éventuel e-tabagisme passif, du fait de l’innocuité des composants de l’e-cigarette n’est pas encore prouvée. Mais, côté point de vue, Claude Evin et Marisol Touraine ne soutiennent pas les mêmes idées surtout en matière de publicité sur le produit. Si l’actuelle ministre de la Santé s’est déclarée catégoriquement contre, le premier responsable auprès de l’ARS souligne que si les scientifiques arrivent à démontrer la non-nocivité de la cigarette électronique, l’idéal est d’encourager son utilisation.

Consultez le comparatif de cigarette electronique